Institut recherche jacquaire (IRJ)

L’histoire du pèlerinage à Compostelle du chevalier Gobert d’Aspremont, lettre 175

ou comment l’histoire et la fiction s’entremêlent et peuvent nous abuser.


Rédigé par Pierre Swalus le 13 Février 2024 modifié le 14 Février 2024
Lu 221 fois

Je reçois de mon fils le livre de Francis Bouffioux « Sur les pas du chevalier Gobert d’Aspremont en route vers Compostelle », livre qu’il vient de recevoir et qu’il me prête car il connait mon intérêt pour l’histoire de ce pèlerinage.



Gobert d'Aspremont, pèlerin de Compostelle

Le gisant de Gobert d'Aspremont
Le gisant de Gobert d'Aspremont
Gobert d'Aspremont dit « le Bienheureux », né vers 1187, est un chevalier de la noblesse française qui a notamment participé à la 6ème croisade et aurait à son retour, effectué un pèlerinage à Compostelle pour ensuite devenir moine cistercien à l’abbaye de Villers-en Brabant1.


Il y décède le 20 août 1263 et y est inhumé 2.
Le gisant qui orne le cloître témoigne de sa célébrité au sein de l’abbaye.
 

Couverture du livre de F. Bouffioux
Couverture du livre de F. Bouffioux
Le livre de F. BOUFFIOUX3 assez touffu et de lecture plutôt difficile, m’interpelle vivement, car malgré ses défauts d’écriture, il relate la découverte en 1967 lors de fouilles dans les ruines de l’abbaye de Villers-la-Ville de divers très vieux manuscrits dont un écrit en latin et vieux français  qui se révèle par la suite être la relation du pèlerinage à Compostelle en 1229 du Chevalier d’Aspremont.
 
F BOUFFIOUX décrit en détail les personnes concernées par la découverte, les démarches entreprises pour la conservation du manuscrit et pour sa traduction.
 
L’auteur de la relation du pèlerinage, n’est pas Gobert d’Aspremont mais un clerc, Thomas de Montfaucon, recommandé au chevalier par son cousin Raoul de Thourotte pour son érudition et sa connaissance de plusieurs langues. Il y décrit avec pas mal de détails la préparation du pèlerinage, le type de chevaux choisis (des roncins), les villes traversées, les monastères où le groupe est accueilli, la gastronomie des différentes régions…
 
MAIS LE PLUS INTÉRESSANT pour ceux qui comme moi s’intéressent à l’histoire du pèlerinage, est que la troupe composée d’une vingtaine de personnes, part du Puy-en Velay et suit les étapes du 2ème chemin décrit dans le Codex Calixtinus en passant par Conques et Moissac !
 
Ce chemin est considéré comme n’ayant aucun fondement historique car aucun récit ancien de pèlerin ou aucun guide pour ce chemin ne nous est parvenu…ce témoignage serait donc unique en son genre !
 
J’envoie donc sans tarder un mail Denise Péricard-Méa dans lequel je l’informe de mon questionnement et un mail à l’auteur du livre pour en savoir plus.

Echange avec Francis Bouffioux

Bonjour Monsieur Bouffioux, 
J’ai reçu hier, en prêt, votre livre concernant notamment le pèlerinage à Compostelle du chevalier d’Aspremont. Je l’ai reçu de mon fils qui habite à Malève Sainte-Marie, 16 rue Sainte-Marie. Ce livre, il l’avait reçu de l’ancienne propriétaire de sa maison qui serait une de vos voisines.

Je suis très intéressé par la relation de ce pèlerinage par Le Puy-en-Velay car il serait LE SEUL connu avant la période actuelle.

J’aimerais savoir s’il est possible d’obtenir (et comment) la traduction en français de ce document écrit initialement en latin et vieux français. En vous remerciant pour l’attention que vous porterez à mon message et impatient d’en savoir plus.
Pierre Swalus

Réponse de M. Bouffioux :

Bonjour Monsieur Swalus,
Je vous remercie pour l’intérêt que vous portez à mon livre. Malheureusement, je vais probablement vous décevoir, en vous apprenant que le « cahier de pèlerinage », trouvé dans le refuge des abbés de Villers (Voir mon premier album), dont l’auteur est un clerc de l’évêché de Verdun, appelé Thomas de Montfaucon, et relatant le voyage du chevalier Gobert d’Aspremont vers Compostelle en 1229, est en fait une fiction. Un récit historiquement bien documenté, mais une fiction malgré tout. M’étant renseigné auprès de personnes compétentes, s’il est avéré que Gobert d’Aspremont a bel et bien fait le pèlerinage vers Compostelle, à son retour de croisade, on n’a pas trouvé de document s’y rapportant dans sa « vitae ». Cela me laissait donc tout l’espace pour imaginer une histoire…/… de pèlerinage. Je reste à votre disposition si vous souhaitez plus d’informations.

Francis Bouffioux


Extrait de la réponse de Denise Péricard-Méa


…/…
Quant à ton Gobert, je lis que " La biographie de Gobert (disponible au centre de documentation de l’Abbaye), rédigée par ses coreligionnaires après son décès, fourmille d’anecdotes savoureuses sur ce personnage hors du commun". Au XIIIe siècle aussi, les biographes de François d’Assise l’ont envoyé à Compostelle. Si cette biographie comporte une référence, il faut voir laquelle. Et même s’il y en a une, je doute fort qu’il y ait un itinéraire décrit.
…/…


J’ai fait part à monsieur BOUFFIOUX de ma déception et l’ai remercié pour la clarté de sa réponse et pour la vraisemblance de son scénario, qui a fait que j’y ai cru un moment … 
Denise, pleine de clairvoyance, avait raison de douter.
Comme quoi, même quelqu’un de bien informé sur les distinctions à faire entre ce qui est légende et ce qui est l’histoire, comme je crois l’être, doit rester très éveillé face à de nouvelles informations aussi crédibles qu’elles puissent paraître !

Références

1.  Degive Gobert, Bienheureux Gobert (Comte d'Aspremont en Lorraine) (Cistercien de Villers en Brabant), Abbaye de Val-Dieu, p.5
2.  Drival E., Le Bienheureux Gobert d'Aspremont, dans Annales du Cercle Archéologique d'Enghien, t.2, Enghien, 1883
3.  Bouffioux Francis, Sur les pas du chevalier Gobert d’Aspremont en route vers Compostelle Ed. à compte d’auteur, 2022, ISBN 978-2-9603027-0-7